L’environnement pris en compte dans l’architecture du projet

L’environnement pris en compte dans l’architecture du projet
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Limiter les impacts sur l’environnement est un enjeu prioritaire du maître d’ouvrage du projet Roybon. Pour y parvenir, les architectes du projet ont eu pour cahier des charges de travailler particulièrement l’intégration environnementale de l’ensemble des bâtiments.

Des choix d’aménagement du site pour limiter l’impact sur l’environnement

Le projet Roybon prévoit la construction de 990 cottages de 54 à 170 m² et d’équipements centraux comportant des restaurants, des équipements de loisirs et des commerces, réunis autour de l’Aqua Mundo, un centre d’activités aqualudiques. L’architecture du projet a été pensée pour allier esthétisme et confort et pour s’inscrire dans l’enjeu global de limitation des impacts sur l’environnement.

Le plan masse du projet et la répartition des cottages et des équipements sur le site ont été déterminés après plus de 70 sessions d’enquêtes de terrain, afin de limiter au maximum l’impact sur la biodiversité. Ainsi, 10 projets de cottages du plan initial ont été abandonnés afin de préserver la présence de plants de petites scutellaires, une plante herbacée rare et protégée en Rhône-Alpes. La disposition des cottages a également été conçue afin d’offrir une double orientation, afin d’effectuer une ventilation naturelle en été tout en bénéficiant des apports solaires passifs de mi-saison. Quant aux Equipements, les bâtiments centraux du Centre Village sont regroupés afin de favoriser la compacité du projet, de limiter son emprise au sol et de faire de la Serre un espace tampon au cœur du zonage thermique.

Au sein des cottages et des équipements

La conception des bâtiments du projet de Roybon s’efforce également de respecter les particularités du site et de son environnement. Les matériaux et les techniques de construction ont été choisis en fonction de critères environnementaux. Ainsi, les cottages seront construits par assemblage et en ossature bois. Plus rapide, cette technique permet d’éviter de couler du béton sur place et permet de limiter la durée du chantier. Celui-ci nécessite également moins d’eau et moins de produits chimiques.

Les cottages ont été aussi spécialement conçus dans un objectif de limitation des consommations énergétiques. L’usage du bois, outre son caractère esthétique, fournit également un bon isolant thermique. La toiture est également ajustée en fonction de l’orientation pour éviter les risques de surchauffe intérieure.

La conception des espaces aqualudiques de l’Aqua Mundo et de la Serre est également orientée dans cet objectif de limitation des impacts environnementaux. L’isolation des équipements sera particulièrement performante avec une couverture gonflable en film ETFE (revêtement plastique isolant et translucide) laissant passer la lumière (ce qui permet par ailleurs de réaliser des économies d’éclairage).

Un aménagement paysager en conséquence

L’aménagement paysager a également été mis à contribution pour participer à l’objectif de limitation des impacts sur l’environnement. Il aura notamment pour objectif de réaliser des économies d’énergie. Des talus végétaux autour de l’Aqua Mundo favoriseront l’inertie du bâti, mais permettront également de limiter l’influence du vent en période hivernale sur ces mêmes bâtiments. En été, la végétation préservée et plantée sur le site permettra de limiter les effets d’îlot de chaleur et permettra d’assurer le confort des cottages.

L’aménagement paysager aura également un rôle à jouer concernant la gestion du cycle de l’eau. Afin de lutter contre les effets de l’imperméabilisation, des noues (zones en creux permettant le stockage temporaire de l’eau) seront aménagées à proximité des cottages. Près des chaussées, des tranchées drainantes (tranchée remplie de cailloux entourés d’un géotextile) recouvertes de terre végétale et paysagées seront creusées. Ces dispositifs assureront le stockage temporaire ou l’infiltration, la dépollution, puis l’évacuation sous débit régulé des eaux de ruissellement vers les dispositifs de collecte centralisés.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

1 réaction

Je donne mon avis