Tous les articles par Projet Roybon

L’approvisionnement énergétique et ENR

cottage - Projet Roybon

La maîtrise de l’énergie est un élément essentiel du projet. Les concepteurs ont mis en place différents moyens pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et les besoins en énergie. Cette volonté se traduit notamment par l’utilisation des énergies renouvelables qui couvriront les besoins en chaleur des cottages, des équipements collectifs et des espaces extérieurs.

La disposition des cottages

L’organisation générale du projet conduit, pour des raisons de fonctionnement, à ce que les cottages soient disposés en hameaux, de part et d’autre des boucles de voirie sur un grand linéaire. Au regard de cette configuration pénalisante d’un point de vue énergétique, la solution de chauffage et eau chaude individuels sera retenue par rapport à d’autres types de réseaux d’énergie (réseau de chaleur bois ou équivalent).

Les cottages seront orientés de manière à ce qu’ils puissent bénéficier d’une ventilation naturelle l’été, et d’apports solaires passifs à la mi-saison, afin d’optimiser la consommation d’énergie. Chaque cottage sera équipé d’ampoules basse consommation.

Des panneaux solaires photovoltaïques seront également installés au niveau du parking général du site.

Le regroupement des équipements centraux

A la différence des cottages, les équipements centraux incluant l’Aqua Mundo, les commerces et les restaurants, seront regroupés afin de favoriser la compacité du projet. Pour couvrir leurs besoins en énergie, une solution neutre en émission de gaz à effet de serre sera privilégiée : le bois-énergie. Une chaufferie bois avec un appoint au gaz sera mise en place et permettra de couvrir environ 90% des besoins du site (estimation d’après les retombées du Center Parcs de Moselle déjà en exploitation). Les opérateurs du projet produiront de l’énergie au niveau local. Pour cela, ils prendront contact avec les partenaires locaux pour étudier les capacités de la filière bois locale. En cas de pics de consommation, une ou plusieurs chaudières gaz compenseront les besoins énergétiques des équipements. A la différence du « 100% gaz », cette solution hybride, mêlant à la fois bois-énergie et gaz, évitera une émission de gaz à effet de serre d’environ 4 000 tonnes par an.

L’Aqua Mundo, le spa et la serre sous le Dôme seront isolés à l’aide d’un revêtement plastique isolant et translucide, l’EFTE, permettant d’économiser 331 000 kWh par an. La couverture en film de ce matériau garantira également un éclairage naturel toute l’année. En période estivale, l’Aqua Mundo et le spa disposeront d’une ventilation naturelle grâce à l’ouverture des ouvrants placés sur la toiture, afin d’éviter l’utilisation de la climatisation.

Enfin, l’énergie sera récupérée à travers différents dispositifs. L’énergie de l’air extrait par les hottes de cuisine servira notamment à préchauffer l’air entrant dans le bâtiment. Aussi, les eaux grises des douches de l’Aqua Mundo seront récupérées pour préchauffer l’eau des douches et l’eau d’appoint des bassins.

La régulation des espaces extérieurs

Au niveau des espaces extérieurs, la consommation énergétique sera également régulée. L’éclairage extérieur sera optimisé à l’aide d’un système de détection de présence permettant de réduire le niveau d’éclairement la nuit. Les luminaires seront équipés de sources basse-consommation à haut rendement lumineux.

Les panneaux photovoltaïques serviront d’ombrières aux véhicules stationnés à l’entrée du site. A travers cette configuration, les installations n’occuperont pas de surface de terrain supplémentaire, permettant ainsi de conserver un nombre d’arbres important au niveau des cottages pour assurer le confort de la période estivale.

S’inscrivant dans l’objectif global de lutte contre le réchauffement climatique, les moyens mis en place par les concepteurs du site stabiliseront la consommation énergétique et encourageront la production de l’énergie durable.

 

La gestion des eaux sur le site du projet Roybon

La gestion des eaux sur le site du projet Roybon

Mis à jour le 14/11/2016 – Le Projet du Center Parcs de Roybon s’inscrit dans un bassin versant à fort enjeux hydriques. Compte tenu de ce contexte, la gestion des eaux de pluie, le traitement des eaux usées et l’utilisation de l’eau potable ont fait l’objet de dispositions techniques spécifiques. Celles-ci ont fait l’objet de plusieurs expertises menées par des hydrologues et des écologues qui ont réuni des réponses adaptées aux spécificités climatiques, hydrologiques et géologiques du site d’implantation du projet. Les réponses ont porté sur

  • La gestion des eaux de pluie pour éviter les inondations en aval tout en permettant l’alimentation des nappes
  • Le recueil et le transfert des eaux usées dans les meilleures conditions de sécurité
  • La réduction de consommation en eaux potable

Les dispositifs mis en place pour gérer et traiter les eaux pendant les phases de construction et d’activité du projet, permettront de réduire au maximum l’empreinte du site sur son environnement. L’ensemble de ces prescriptions environnementales a pour objectif de préserver les caractéristiques pédologiques et hydrologiques du site.

 

La Charte Chantier Vert : une démarche environnementale pour prévenir l’impact sur les eaux en phase de construction

Dès la phase de construction, le Groupe met en place des mesures d’anticipation pour prévenir les impacts sur l’eau. Il s’agit d’actions opérationnelles, clairement décrites dans les cahiers des charges des appels d’offres qui seront imposées aux entreprises. Le maître d’œuvre en charge des suivis des travaux fera respecter l’application de ces mesures pendant toute la durée des travaux. Il s’agit notamment :

  • D’interdire tout accès aux zones hydrologiquement sensible qui feront l’objet d’un balisage avant toute intervention : axes hydrographiques, mares et mouillères, zones d’affleurement de nappes, zones d’infiltration privilégiées, stations d’intérêt floristique et faunistiques…
  • D’intervenir à la bonne saison et d’organiser le chantier de manière à identifier les travaux à risque et de mettre en œuvre des actions spécifiques pour leur réalisation : organisation, moyens, période d’intervention, délai d’intervention, moyens de suivi…
  • D’installer le système de gestion des eaux de ruissellement en tout début des travaux et de l’équiper des dispositifs de dépollution des eaux de chantier
  • D’interdire l’usage des produits chimiques dans la confection des bétons (solvants, huiles de décoffrage…)
  • De maîtriser les opérations de ravitaillement des engins de chantier : rassemblement des points de ravitaillement, implantation loin des zones à risque, étanchéité des aires de distribution, …

L’assistant à maitrise d’ouvrage Développement durable et les responsables Chantier Vert veilleront tout au long de la phase de construction au bon respect de la démarche Chantier Vert par les entreprises.

Les baraquements de chantier de toutes les entreprises qui interviendront sur le Center Parcs seront regroupées dans des bases vie qui seront raccordées aux réseaux concessionnaires périphériques. Les eaux usées seront raccordées au réseau communal et/ou recueillies dans des cuves étanches avant d’être régulièrement acheminées par des entreprises spécialisées vers les installations de traitement. Le traitement individuel et/ou l’infiltration des eaux usées même traitées est proscrite.

 

La gestion des eaux en phase d’exploitation

En fonction de leur nature, les eaux rejetées par le projet Center Parcs en phase d’exploitation subiront des traitements spécifiques et seront dirigées vers des exutoires différents.

Le projet générera quatre types d’eau :

  • Les eaux de ruissellement pluvial : selon la nature des surfaces ruisselantes, ces eaux subiront des traitements pour intercepter les particules polluantes, des régulations quantitatives avant leur infiltration dans les nappes sous-jacentes et leur rejet dans le réseau hydrographique. L’infiltration d’une partie des eaux de ruissellement sera sollicitée malgré la faible perméabilité des sols. Cette infiltration vise à favoriser l’alimentation des horizons sous-jacents et à conserver le caractère humide du plateau des Chambaran.
  • Les eaux « grises », découlant des usages domestiques (sanitaire, eaux usées…) et des activités aqua-ludiques (rejets de l’Aqua Mundo). Peu chargées en matière polluantes, elles seront traitées séparément, en vue d’être recyclées. Dans les derniers Center Parcs français, le Groupe utilise pour les équipements aqua-ludiques le système d’osmose inverse qui permet de recycler les eaux de lavage des filtres des bassins. Après avoir été traitée, cette eau est réutilisée pour l’appoint journaliser des bassins. A terme, ce système a vocation à équiper l’ensemble des piscines de Center Parcs. Autre exemple, l’eau des douches de l’Aqua Mundo est réutilisé pour les sanitaires.
  • Les eaux « vannes », provenant notamment des sanitaires des cottages du Domaine, recevront quant à elles un traitement spécifique en station d’épuration. Les eaux vannes du Center Parcs de Roybon seront traitées dans une infrastructure moderne et très efficiente : le complexe de traitement des eaux Aqualline, inauguré en 2013.

 

Des eaux usées raccordées à une station d’épuration moderne et éco-responsable

La station d’épuration de l’agglomération de Saint-Marcellin, qui recevra les eaux usées du Domaine, est une infrastructure moderne qui intègre les préoccupations relatives au développement durable et responsable. Les effluents du Domaine seront donc acheminés vers ce complexe situé à 20km du site. Les effluents traités seront rejetés en Isère, ce qui permettra leur bonne dilution. Ce choix permet de préserver la qualité des petits cours d’eau en sortie du massif du Chambaran.

Les mesures prises par le maître d’ouvrage, dans les différentes phases du projet Roybon, ainsi que les infrastructures territoriales environnantes permettent de répondre aux enjeux liés aux cycles de l’eau. Par ailleurs, l’expertise accumulée par Center Parcs dans ses différents domaines, au cours de ces dernières années, constitue un élément non négligeable pour réduire encore l’empreinte de son activité sur la ressource en eau.

 

« Pour nous, privilégier les entreprises locales est un choix stratégique »

Chantier Center Parcs - Entreprises locales

Interview de Nicolas Cruchandeu, Responsable des programmes au sein du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs

Implanté dans le département de la Vienne et inauguré en juin 2015, Le Domaine du Bois aux Daims est le 5e Center Parcs en France. En tant que responsable des programmes au sein du Groupe PVCP, Nicolas Cruchandeu a travaillé à l’implantation du projet, aux travaux de construction et au lancement de la phase d’exploitation. Il nous détaille ici les procédures d’appels d’offres et l’opportunité que cela constitue pour les entreprises locales au projet.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le rôle du Responsable des programmes au sein du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs ?

Nicolas Cruchandeu : Le Responsable des programmes est chargé de piloter l’ensemble du projet, depuis le lancement jusqu’à la mise en exploitation du domaine, et donc pendant la phase de chantier. Pour mettre en place toutes les conditions nécessaires au bon déroulement du chantier, il s’assure que le projet respecte évidemment à la fois les procédures environnementales mais aussi les règles d’urbanisme en vigueur pour, in fine, être validé par les autorités institutionnelles compétentes. Il constitue alors les différents dossiers administratifs, notamment les demandes de permis de construire et les demandes d’autorisations environnementales.

A partir du moment où les demandes d’autorisations administratives ont été déposées et sont en cours d’instruction, l’équipe d’architectes définit précisément le projet en collaboration avec le Responsable des programmes. Ce dernier occupe alors le rôle de maître d’ouvrage. Il détermine un plan logistique rigoureux pour une coordination optimale du chantier. En outre, il sélectionne précisément les entreprises qui interviennent ensuite sur le site. Dirigeant l’ensemble des opérations durant la phase de travaux, il veille à ce que le chantier se déroule dans de bonnes conditions et dans les délais impartis.

Une fois le chantier terminé, il contrôle les prestations réalisées pour s’assurer du bon fonctionnement des cottages. Il s’engage notamment à accompagner les équipes du Domaine pendant la première année d’exploitation.

Comment sélectionnez-vous les entreprises participant au chantier ?

N.C. : Pour choisir les entreprises intervenant sur le chantier, nous prenons tout d’abord contact avec les chambres consulaires, principalement la chambre de commerce et d’industrie pour informer les entreprises locales des opportunités liées au chantier. Nous organisons également des réunions pour leur présenter le projet. Ce sont des moments d’échange privilégiés particulièrement importants pour apprendre à se connaître.

Ensuite, nous réalisons des réunions et des ateliers autour de différentes thématiques de construction pour pouvoir informer les entreprises de leurs tâches. Le but de ces réunions est de favoriser le travail en équipe et assurer une bonne coordination des entreprises locales. Nous les invitons ainsi à s’organiser entre elles, à collaborer alors même qu’elles sont parfois « concurrentes ».

De cette union, une cellule d’achat commune est créée et un facilitateur/coordonnateur est nommé pour avancer de manière efficace sur le projet.

Vous confirmez ainsi favoriser les entreprises locales ?

N.C. : Center Parcs favorise, en phase de chantier comme en phase d’exploitation, les filières courtes et locales organisées en partenariat avec les collectivités territoriales et les chambres consulaires. Cette volonté se traduit durant le chantier par le choix des matériaux de construction et la recherche d’entreprises locales pour le chantier en favorisant leur référencement et leur regroupement si nécessaire pour répondre aux appels d’offres. Durant la phase d’exploitation, nos Center Parcs favorisent l’approvisionnement local des boutiques et la mise en avant de produits du terroir. Nos domaines se fournissent autant que possible en produits alimentaires locaux afin de les proposer à sa clientèle. Par ailleurs, la chaufferie bois (si cette solution est retenue) est alimentée par la filière locale du bois de chauffage.

Pour nous, privilégier les entreprises locales est un choix éthique, mais également un choix stratégique, notamment pour des raisons de maintenance. Quand une chaudière fuit par exemple, un plombier à proximité du site se déplacera forcément plus vite qu’une entreprise située à l’autre bout de la France.

Si les entreprises locales ne peuvent pas réaliser certains lots spécifiques, nous collaborons avec des entreprises géographiquement plus éloignées. Ce n’est cependant pas la règle, même pour un chantier de cette ampleur. Pour le chantier du Center Parcs Vienne, 71 % du montant des travaux de construction ont été attribués à des entreprises de la région Poitou-Charentes.

En termes de personnel, le chiffre est plus important encore. En effet, les entreprises non originaires de la région font souvent appel à de la main d’œuvre locale.

Le nombre d’ouvriers sur le chantier est variable mais pendant quelque mois nous sommes à 1000 contractuels. Dans la Vienne, nous avons réussi à trouver toutes les entreprises de construction afin qu’elles puissent construire 400 des 800 cottages de façon préfabriquée et ce n’est pas une mince affaire, car comme une chaine de voiture, il existe une logique d’industrialisation.

Quelles sont les obligations pour participer au chantier ?

N. C. : Pierre & Vacances-Center Parcs s’engage à identifier avec les différents acteurs économiques, notamment avec la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre des métiers, la Chambre d’agriculture, les organisations professionnelles et les entreprises compétentes et disponibles qui pourraient participer aux consultations lancées en vue de la réalisation des travaux. Celles-ci bénéficieront en amont des informations nécessaires sur le projet, sur l’organisation des appels d’offres et du chantier, et pourront ainsi optimiser leur participation aux appels d’offres.

Par ailleurs, nous essayons, au niveau du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, de standardiser un maximum les produits, tels que la vaisselle par exemple. Dans le cas de produits spécifiques non standardisés, nous faisons appel à des usines de fabrication locales. Si les produits spécifiques sont introuvables au niveau local, nous nous tournons alors vers des régions voisines.

Durant cette phase où le projet est encore en cours de définition, le Responsable de programmes s’appuie sur l’expertise de différents bureaux d’études possédant l’ensemble compétences techniques requises. Certains sont spécialisés dans l’élaboration des cottages (zones d’hébergement), d’autres dans les fluides et structures, ou bien dans la gestion énergétique. Nous nous attachons particulièrement à respecter les normes environnementales en nous entourant des spécialistes dans ce domaine.

Qu’est-ce qu’un Domaine Center Parcs ?

Qu’est-ce qu’un Domaine Center Parcs ?

Au terme de sa construction, le projet Roybon deviendra le 6e Center Parcs français. A quoi ressemblera le futur Domaine ? Quel modèle touristique proposera-t-il ? Quelle est la place de l’environnement dans le concept de Center Parcs ?

Le projet de Center Parcs à Roybon s’étendra sur 150 hectares au sein du massif des Chambaran. Il comprendra 990 cottages de 54 à 170 m² disséminés au sein de la forêt. Le projet comporte en outre la construction de divers équipements de loisirs dont un espace aqualudique – l’Aqua Mundo avec bassins, jeux d’eau, piscine, toboggans, rivière sauvage…) et des boutiques et restaurants au Centre Village du Domaine. Ce projet touristique permettra d’accueillir jusqu’à 5 000 visiteurs tout au long de l’année.

Un concept alliant nature et patrimoine local

Center Parcs propose aux vacanciers des courts séjours accessibles toute l’année au sein d’un écrin de nature pour se déconnecter du quotidien et se ressourcer. Séjournant au sein de cottages entièrement équipés, les visiteurs ont accès, toute l’année, à de multiples activités de détente et de loisirs en intérieur comme en extérieur…

Le site est entièrement piétonnier. Les visiteurs ne se déplacent qu’à vélo ou véhicules électriques au sein du domaine. Avec ses 990 cottages, le projet Roybon pourra accueillir environ 5 500 lits.

Center Parcs est une destination touristique de proximité, facilement accessible. Le principal bassin de population visé se trouve dans un rayon de 200 à 300 km autour de l’Isère, mais attirera également une clientèle extérieure au département et à la région Rhône-Alpes.

La spécificité de l’offre touristique proposée par Center Parcs, fondée notamment sur les activités aqua-ludiques, accessibles toute l’année et sur les séjours de proximité, est complémentaire à l’offre touristique locale qui est par ailleurs mise en avant sur le domaine. Une antenne de l’office de tourisme présente sur le site commercialise des excursions, des visites des sites touristiques alentours. Des parcours découvertes sont également mis en place en partenariat avec les acteurs locaux. Les produits de la région sont également commercialisés dans les boutiques du Domaine.

Chaque Center Parcs constitue un nouveau pôle d’attraction qui attire de nouvelles clientèles. Une étude du Conseil général de l’Aisne a ainsi montré que la moitié des visiteurs n’aurait jamais pensé venir dans le département sans le Domaine Center Parcs du Lac d’Ailette. Ces nouveaux visiteurs profitent également aux acteurs touristiques et producteurs locaux. 60% des visiteurs du Center Parcs en Moselle – le Domaine des Trois Forêts – sortent ainsi du site et consomment auprès des autres acteurs touristiques locaux. Dans l’Eure, des retombées touristiques liées à la clientèle du Domaine des Bois Francs ont été mesurées jusqu’à 100 km autour du site, et en particulier dans les sites et les villes à proximité.

L’environnement, au cœur des valeurs de Center Parcs

L’eau et la forêt sont présents sur 90 % du Domaine. La présence de la nature sur le Domaine est un des facteurs clefs de succès de l’offre de loisirs proposée par Center Parcs et un réel pilier du produit Center Parcs depuis sa création. Le maintien et la mise en valeur de ce capital naturel (qualité des habitats naturels, présence de la faune et de la flore…) est donc un impératif.

Center Parcs a été l’un des premières entreprises du tourisme en Europe à obtenir la certification ISO 14001. Depuis 1999, Center Parcs a mis en place – pour l’ensemble de ses sièges et de ses domaines – des règles internes de gestion environnementale (visant principalement la maîtrise des consommations d’eau, d’énergie, la gestion des déchets, la biodiversité et la sensibilisation des clients) dont la bonne mise en œuvre est vérifiée chaque année par des auditeurs externes. Les chiffres clefs sur les consommations d’eau, d’énergie et la gestion des déchets sont également publiés chaque année.
Le projet Roybon s’inscrira dans la continuité des autres domaines Center Parcs, à savoir la maîtrise de l’impact environnemental et le développement de l’activité locale.

La gestion des déchets

gestion des déchets recyclage tri roybon

Le projet Roybon intègre dans sa conception un plan de gestion des déchets afin de limiter les impacts sur l’environnement et les risques de pollution. Outre la mise en place d’une démarche Chantier Vert lors de la construction, équipes et visiteurs seront incités à limiter la production de déchets et à assurer un bon niveau de tri durant l’exploitation.

Un chantier respectueux des normes environnementales

Afin de réduire la production de déchets en phase de travaux, le maître d’ouvrage a retenu un mode de construction basé au maximum sur la préfabrication en atelier – et en particulier des structures en ossature bois des cottages. Cette production présente plusieurs avantages : elle entraîne une réduction du délai de construction, limite les déchets liés à la production, limite les nuisances sonores et enfin, réduit les mouvements de terre dont la rotation des engins.

La gestion des déchets est un objectif à part entière du projet. Ainsi, en phase de construction, la démarche de certification HQE et la charte Chantier Vert qui seront mises en place visent à valoriser en matière au moins 50 % des déchets produits au cours des travaux. Les entreprises intervenant sur le projet devront également assurer le tri de leurs déchets afin d’optimiser le recyclage. Ces zones de tri seront encadrées par des « Hommes verts » – Responsable Assurance Qualité Environnemental du chantier (RAQE) détachés sur le chantier par la maîtrise d’ouvrage, afin de sensibiliser les entreprises et éviter les erreurs de tri.

Afin de limiter encore les risques de pollution des déchets du chantier, les produits chimiques (solvants, huiles, adjuvants…) et les eaux usées (eaux de lavages par exemple) feront l’objet de procédures de traitement spécifiques. Pour s’assurer du respect de ces obligations, les entreprises devront fournir la liste des produits et matériaux qu’elles utilisent au maître d’œuvre, qui pourra interdire, le cas échéant, l’utilisation de certains d’entre eux.

Gérer les déchets en phase d’exploitation

Dans les Domaines Center Parcs, les principaux gisements de déchets sont les déchets ménagers produits par les visiteurs (70%), les déchets issus de l’exploitation (restaurants, Aqua Mundo, bureaux…) et les déchets verts issus de l’entretien du site. La quantité de déchets produite est équivalente à la moyenne française avec près de 1 kg par jour et par personne. Le taux de tri moyen pour l’ensemble des parcs en Europe est de 27,3% (Donnée 2014/2015). L’objectif de Center Parcs est d’atteindre un taux de tri de 50% d’ici 2020.

Pour limiter les impacts sur l’environnement, le projet s’appuie sur la réduction des déchets à la source et la valorisation des déchets par l’amélioration du tri, deux axes complémentaires déclinés en plusieurs actions concrètes :

·         Sensibiliser le personnel aux gestes éco-responsables. 

·         Sensibiliser nos clients au tri sélectif sur le site.

·         Les dispositifs de tri omniprésents.

Pour atteindre l’objectif de 50% de collecte sélective des déchets, des dispositifs de collecte sélective et l’information sur le tri des déchets seront très largement répartis sur le site. Des bacs de tri compartimentés (déchets ménagers, verre, emballage) seront également installés dans chaque cottage. Une soixante de dispositifs de collecte, comprenant 3 types de bennes pour le verre, les emballages recyclables et les déchets ménagers seront aussi installés à moins de 50 mètres des zones d’hébergement. Cette localisation permettra d’améliorer leur visibilité et leur usage quotidien.

Ces différentes actions s’inscrivent dans une démarche de certification ISO 14001, qui atteste des efforts engagés pour limiter les impacts sur l’environnement. Cette démarche est commune à l’ensemble de la marque Center Parcs, dont quatre sites en France ont déjà reçu cette certification.

L’environnement pris en compte dans l’architecture du projet

L’environnement pris en compte dans l’architecture du projet

Limiter les impacts sur l’environnement est un enjeu prioritaire du maître d’ouvrage du projet Roybon. Pour y parvenir, les architectes du projet ont eu pour cahier des charges de travailler particulièrement l’intégration environnementale de l’ensemble des bâtiments.

Des choix d’aménagement du site pour limiter l’impact sur l’environnement

Le projet Roybon prévoit la construction de 990 cottages de 54 à 170 m² et d’équipements centraux comportant des restaurants, des équipements de loisirs et des commerces, réunis autour de l’Aqua Mundo, un centre d’activités aqualudiques. L’architecture du projet a été pensée pour allier esthétisme et confort et pour s’inscrire dans l’enjeu global de limitation des impacts sur l’environnement.

Le plan masse du projet et la répartition des cottages et des équipements sur le site ont été déterminés après plus de 70 sessions d’enquêtes de terrain, afin de limiter au maximum l’impact sur la biodiversité. Ainsi, 10 projets de cottages du plan initial ont été abandonnés afin de préserver la présence de plants de petites scutellaires, une plante herbacée rare et protégée en Rhône-Alpes. La disposition des cottages a également été conçue afin d’offrir une double orientation, afin d’effectuer une ventilation naturelle en été tout en bénéficiant des apports solaires passifs de mi-saison. Quant aux Equipements, les bâtiments centraux du Centre Village sont regroupés afin de favoriser la compacité du projet, de limiter son emprise au sol et de faire de la Serre un espace tampon au cœur du zonage thermique.

Au sein des cottages et des équipements

La conception des bâtiments du projet de Roybon s’efforce également de respecter les particularités du site et de son environnement. Les matériaux et les techniques de construction ont été choisis en fonction de critères environnementaux. Ainsi, les cottages seront construits par assemblage et en ossature bois. Plus rapide, cette technique permet d’éviter de couler du béton sur place et permet de limiter la durée du chantier. Celui-ci nécessite également moins d’eau et moins de produits chimiques.

Les cottages ont été aussi spécialement conçus dans un objectif de limitation des consommations énergétiques. L’usage du bois, outre son caractère esthétique, fournit également un bon isolant thermique. La toiture est également ajustée en fonction de l’orientation pour éviter les risques de surchauffe intérieure.

La conception des espaces aqualudiques de l’Aqua Mundo et de la Serre est également orientée dans cet objectif de limitation des impacts environnementaux. L’isolation des équipements sera particulièrement performante avec une couverture gonflable en film ETFE (revêtement plastique isolant et translucide) laissant passer la lumière (ce qui permet par ailleurs de réaliser des économies d’éclairage).

Un aménagement paysager en conséquence

L’aménagement paysager a également été mis à contribution pour participer à l’objectif de limitation des impacts sur l’environnement. Il aura notamment pour objectif de réaliser des économies d’énergie. Des talus végétaux autour de l’Aqua Mundo favoriseront l’inertie du bâti, mais permettront également de limiter l’influence du vent en période hivernale sur ces mêmes bâtiments. En été, la végétation préservée et plantée sur le site permettra de limiter les effets d’îlot de chaleur et permettra d’assurer le confort des cottages.

L’aménagement paysager aura également un rôle à jouer concernant la gestion du cycle de l’eau. Afin de lutter contre les effets de l’imperméabilisation, des noues (zones en creux permettant le stockage temporaire de l’eau) seront aménagées à proximité des cottages. Près des chaussées, des tranchées drainantes (tranchée remplie de cailloux entourés d’un géotextile) recouvertes de terre végétale et paysagées seront creusées. Ces dispositifs assureront le stockage temporaire ou l’infiltration, la dépollution, puis l’évacuation sous débit régulé des eaux de ruissellement vers les dispositifs de collecte centralisés.