Tous les articles par Projet Roybon

La forêt dans le projet ? Un projet dans la forêt !

IMGP7055

Avec ses nombreux aménagements créés en fonction des spécificités du Bois des Avenières, le projet de Roybon a été conçu pour interagir au mieux avec l’écosystème de la forêt de Chambaran. Bien que le Domaine Center Parcs ne s’étende que sur 150 hectares, soit moins de 0,5 % de la totalité du massif forestier des Chambaran, sa construction et son exploitation respectent un même impératif : préserver et valoriser au mieux ce milieu naturel. 

Center Parcs de Roybon : s’insérer dans un milieu forestier

Le Bois des Avenières est, depuis longtemps, une forêt exploitée pour le bois de chauffage ou l’industrie, cette activité perdure jusqu’à présent comme l’atteste la piste centrale réalisée par l’ONF (Office National des Forêts) en 2008, notamment pour lutter contre les incendies. Les équipes de Pierre & Vacances-Center Parcs ont sélectionné et imaginé les constructions en fonction des caractéristiques de cet espace naturel, révélées par plusieurs dizaines d’inventaires faunistiques et floristiques étalés sur cinq ans à des saisons différentes. Ce travail a amené à faire évoluer le programme initialement prévu (par exemple la réduction du nombre d’hébergements, l’institution de zones sanctuaires autour des milieux les plus sensibles et présentant des intérêts écologiques particuliers comme les stations d’espèces protégées ou les vallons, le maintien des grands arbres notamment sur la zone du Centre Village du Domaine Center Parcs) et à orienter le choix des modes constructifs en favorisant la construction bois et la préfabrication.

Plus qu’un argument paysager, la forêt est l’élément fondamental qui oriente le projet et l’architecture des constructions conçues pour bénéficier pleinement de la présence des arbres qui jouent un rôle décisif pour diminuer l’exposition au vent en hiver et pour apporter une ombre rafraîchissante en été.

Au total, sur les 35 000 hectares de forêt existants dans le massif des Chambaran, seuls 80 hectares seront effectivement défrichés.

Une exploitation du bois pour une énergie propre

Les 200 hectares du Bois des Avenières sont assez comparables en terme de composition aux 296 km² de boisement de la partie Iséroise des plateaux des Chambaran et de Bonnevaux. Ce bois est principalement exploité en taillis de châtaignier, localement en taillis sous futaie (grands arbres). L’essentiel de la production, selon l’ONF, exploitant du bois communal, est destiné au bois de chauffage et à l’industrie.

La chaufferie du Centre Village du Domaine sera alimentée essentiellement par du bois-énergie. Cette solution locale – les fournisseurs seront d’abord sélectionnés pour leur proximité – garantit un bilan net neutre en émissions de gaz à effet de serre : par rapport à une solution 100 % gaz, la chaufferie bois évite une émission de gaz à effet de serre d’environ 4 000 tonnes par an. Selon les prévisions établies à partir du Center Parcs de Moselle, cette chaudière devrait permettre de couvrir au minimum 90 % des besoins des équipements. 

Compenser le défrichement

Le Center Parcs de Roybon a prévu des mesures compensatoires afin de contrebalancer l’inévitable impact du défrichement. Elles consistent en premier lieu à reboiser des terrains qui le nécessitent (boisements sinistrés, blocage de régénération…). Il faut aussi noter que l’emprise des aménagements préservera 75 hectares de boisement et 9 hectares de pâtures en dehors des zones accessibles aux visiteurs. Pour faciliter l’acclimatation des espèces animales dans ce nouveau milieu qui accueillera des visiteurs, la piste forestière sera réaménagée. Pour faciliter la diversification et l’attractivité des boisements pour la biodiversité, 10 réseaux d’ornières seront constitués et des lisières étagées seront installées autour de nouvelles clairières créées.

Un travail de préservation qui se fait dans la durée

Toutes ces initiatives qui doivent participer à la préservation des grands équilibres écologiques du lieu ne seraient toutefois pas efficaces et pérennes sans un travail en phase d’exploitation avec la mise en place d’un plan de gestion forestier dont l’objectif est de concilier le nouvel usage du lieu avec la préservation des équilibres et de la diversité forestière.

Ce travail prévoit également une démarche d’actions de sensibilisation envers les visiteurs pour les aider à mieux connaître et prendre en compte l’environnement qui les entoure.

Roybon, un vecteur de croissance pour l’économie locale

Roybon, un vecteur de croissance pour l’économie locale

Après le Center Parcs mosellan ouvert en 2012 et le Center Parcs viennois qui ouvrira en juin 2015, un nouveau projet se développe en Isère, à Roybon. Le projet Center Parcs est un levier de croissance et de création d’emplois pour le département de l’Isère : la construction et le fonctionnement du site vont en effet nécessiter un recrutement local, tant dans le Domaine Center Parcs que chez ses fournisseurs, auquel s’ajouteront toutes les externalités fiscales et touristiques du projet.

Center Parcs de Roybon : croissance et emploi sont au cœur du projet

Hors la perception de taxes qui augmentera significativement les budgets des collectivités locales – représentant chaque année 950 000 euros de taxe de séjour, 1 million d’euros de taxe foncière, 900 000 euros de contribution économique territoriale, sans compter lors de la construction, 3,2 millions d’euros de taxe locale d’équipement – et leur permettra d’investir, Center Parcs a prévu de créer 697 emplois. Ces emplois seront non délocalisables et stables (plus de 80 % des 1 700 salariés du Groupe en France sont en CDI et à l’année), ce qui est rare dans les métiers du tourisme, très souvent saisonniers. Auparavant, sa construction fera travailler de 600 à 1 500 personnes sur le chantier durant 2 ans. Le Groupe développe une politique de partenariats locaux dès les phases de construction. A titre d’exemple, 71 % des marchés du chantier du Center Parcs du Bois aux Daims, dans la Vienne, ont été attribués à des entreprises du département ou de la région.

Grâce à des partenariats avec Pôle Emploi, ces 697 emplois seront essentiellement locaux. Le recrutement favorisera aussi la réinsertion des bénéficiaires des minimas sociaux. Cette stratégie territoriale et sociale a été retranscrite dans le processus de sélection des entreprises sous-traitantes et sera mise en place tant au cours de la phase de construction que de celle de l’exploitation. A titre d’exemple, 88 % des employés du Domaine des Trois Forêts en Moselle sont originaires des communes situées à proximité.

Un impact indirect sur les emplois régionaux

En plus de ces emplois directs, la construction et le fonctionnement d’un Center Parcs permettront la création d’emplois indirects dans la région, au sein des entreprises de construction, des fournisseurs, des commerces environnants mais aussi des associations locales. Pour illustration, le Domaine des Trois Forêts (Moselle) a permis la création de 885 emplois directs et indirects en Alsace et en Lorraine. Selon les estimations actuelles, le Domaine Center Parcs de Roybon devrait générer un millier d’emplois directs et indirects.

Ainsi, de nombreuses synergies existent avec le territoire et peuvent se développer tant sur les phases de construction que d’exploitation en s’appuyant sur les filières locales existantes ou en cours de structuration.

A cela s’ajoutent les externalités de la présence d’un Center Parcs : en effet, les vacanciers sont encouragés à sortir du Domaine pour partir à la rencontre des richesses de la région qui les entoure. Des relais d’information des offices du tourisme aménagés au sein même du Domaine et le récent lancement de l’activité Center Parcs Excursions incitent les clients à découvrir l’environnement naturel et culturel du pays, en organisant des visites ou des dégustations auprès des acteurs locaux. A titre d’exemple, les vacanciers du Domaine des Trois Forêts dépensent 5,3 M€ hors du site chaque année.

Un exemple probant : Center Parcs en Moselle

En Isère, où les revenus touristiques sont essentiellement générés en hiver dans les stations alpines, le Center Parcs constituera un vivier touristique supplémentaire pour l’ensemble des sites isérois (le Vercors, la Grande Chartreuse, le musée Hector Berlioz, Saint Antoine l’Abbaye). Ouvert en 2012, le Center Parcs Moselle génère chaque année 30 millions d’euros de PIB pour les régions Lorraine et Alsace (dont 21,2 millions pour le seul département de la Moselle). L’impact touristique d’un Center Parcs est indéniable, comme le montre la récente campagne promotionnelle du département de l’Aisne présentant une ou plusieurs illustrations du Domaine de l’Ailette sur chacune des affiches. Ceci n’est pas dû au hasard : une étude réalisée par son Conseil général a prouvé que la moitié des visiteurs n’aurait jamais pensé y venir sans le Center Parcs de l’Ailette.

Ainsi, le Center Parcs de Roybon se veut un catalyseur d’emplois et de croissance. Les partenariats avec les collectivités locales insistent sur la création d’emplois locaux directs et indirects. Les revenus générés par le Center Parcs de Roybon, directement par la fiscalité et indirectement par le tourisme, permettront d’assurer le développement économique de la région, dont le flux de vacanciers devrait augmenter dès l’ouverture du Domaine et avoir un impact largement positif sur l’économie touristique régionale.