La spécificité du projet Roybon dans l’offre touristique locale

Spécificité center parcs roybon offre touristique
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Département fortement tourné vers le tourisme, l’Isère était en 2011 le 11e département le plus visité en France métropolitaine, avec plus de 8 000 établissements hôteliers et plus de 20 millions de nuitées touristiques chaque année. L’implantation d’un Domaine Center Parcs à Roybon permettra d’enrichir l’offre touristique iséroise. Un nouveau modèle de tourisme et de loisirs qui, loin de concurrencer les acteurs en place, sera bénéfique pour l’ensemble de la filière.

L’Isère, un département fortement touristique

Avec 22,7 millions de nuitées touristiques (dont 68% non marchandes) à l’hiver 2011, l’Isère se classe au 6e rang des départements les plus visités pendant l’hiver, et au 15e rang l’été. L’Isère accueille essentiellement une clientèle de proximité (32% de rhônalpins), mais aussi jusqu’à 30% d’étrangers (Néerlandais, Belges et Allemands en tête). Grâce à son positionnement géographique et à la diversité de ses paysages, l’Isère mise sur plusieurs formes de tourisme pour attirer les visiteurs. Un « tourisme blanc » tout d’abord, à travers les 22 stations de sports d’hiver du département, mais aussi « un tourisme vert et bleu » avec des activités de randonnée  et de nautisme, le tourisme culturel et le tourisme d’affaires.

Le tourisme occupe une place importante dans l’économie iséroise. Le département compte 8 715 établissements d’hébergement (hôtels, campings, villages vacances…) pour un total de 122 640 lits. Les secteurs de l’hébergement et de la restauration représentent plus de 15 000 emplois salariés soit près de 15% des emplois de services en Isère et 675 millions d’euros de chiffre d’affaires (Chiffres CCI Grenoble).

Le projet Roybon : un enrichissement de l’offre touristique locale

Avec ses 990 cottages au cœur d’un domaine piétonnier, le projet Roybon disposera d’une capacité d’environ 5 500 lits, pour des courts et moyens séjours. Sa zone de chalandise s’étend sur 200 à 300 Km autour de l’Isère, mais vise également une clientèle extérieure au département et à la région Rhône-Alpes. La spécificité de l’offre touristique proposée par Center Parcs, fondée notamment sur les activités aqua-ludiques et les séjours de proximité en pleine nature, est complémentaire à l’offre touristique locale.

Un Domaine Center Parcs constitue un pôle d’attraction local en attirant de nouvelles clientèles. Une étude du Conseil général de l’Aisne a ainsi montré que la moitié des visiteurs n’aurait jamais pensé venir dans le département sans le Domaine Center Parcs du Lac d’Ailette.

Ces nouveaux visiteurs profitent aux acteurs touristiques locaux. 60% des visiteurs de Center Parcs Domaine des Trois Forêts en Moselle sortent ainsi du site et consomment auprès des autres acteurs touristiques locaux. Dans l’Eure, des retombées touristiques liées à la clientèle du Domaine des Bois Francs ont été mesurées jusqu’à 100 km autour du site, et en particulier dans les sites et les villes à proximité. Le secteur de l’hôtellerie bénéficie également de l’arrivée de cette nouvelle clientèle. Dans l’Aisne, les hôtels à proximité du Domaine du Lac d’Ailette ont vu leur fréquentation augmenter grâce au passage des visiteurs du Domaine en pré ou en post-séjour. L’office de tourisme de la ville de Laon, la plus proche du parc, a ainsi enregistré 30% de visites en plus depuis son ouverture en 2007 (source : La Nouvelle République).

L’implantation d’un Domaine Center Parcs a également un effet vertueux sur l’ensemble du secteur du tourisme. La mise en place d’équipements et d’infrastructures liés au futur Domaine Center Parcs de Roybon, permettra de développer d’autres projets touristiques dans la région.

Image : Grand Veymont, Grande Moucherolle and Mont Aiguille, Vercors (France). Photographer: Mg-k. Source: M. Klüber Fotografie (WikiCommons)

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

3 réactions

  1. Bonjour. Je ne suis pas effrayé par quelques aménagements de la forêt et des zones humides. Votre présentation est plutôt rassurante en ce sens. Mais vous parlez de la création d’activités aqua-ludiques sans donner la moindre précision sur ce point important. J’ai d’autre part entendu parler de « cloche à fromage » surchauffée pour distraire les vacanciers. Craignez-vous que votre projet soit remis en cause en raison de cela ? Quand on ne dit rien les citoyens peuvent tout imaginer… Merci de me répondre.

    1. Bonjour, merci pour votre commentaire et pour vos questions. Le projet Roybon accueillera en efffet un espace aquatique et des espaces spa-balnéothérapie. Pour limiter la consommation en eau de ces équipements, plusieurs mesures ont été prises pour limiter les gaspillages. Par exemple, les eaux de lavage des filtres des bassins et l’eau de pluie recueillie sur le site seront traitées pour réaliser des économies d’eau. L’ensemble de ces mesures vise à limiter l’impact sur le cycle de l’eau. La consommation totale du projet sera ainsi de 880 m3 d’eau par jour.
      Concernant les besoins de chaleur des équipements (et notamment de l’aquamundo et du dôme), celui-ci sera couvert au minimum à 80% par une énergie renouvelable (notamment chauffage au bois). Afin de limiter les pertes de chaleur et faire baisser la consommation d’énergie, les équipements auront recours à la ventilation naturelle plutôt qu’à la climatisation pour limiter les dépenses d’énergie et seront isolés intégralement.

  2. « Les zones humides, un patrimoine a preserver », une exposition indispensable pour les personnes qui méconnaissent l’importance et la spécificité des zones humides. Une exposition à faire tourner à Roybon et dans les villages alentours.

Je donne mon avis