Le Projet Roybon : un « Chantier Vert »

Domaine des Trois Forets - DR Groupe Pierre & Vacances
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Dans le cadre de sa démarche de qualité environnementale, le Groupe cherche à aller au-delà des réglementations pour limiter les impacts environnementaux du projet de construction de Roybon et s’engage à réaliser un chantier vert.

Cette volonté s’inscrit dans une démarche de certification « NF bâtiment tertiaire démarche Haute Qualité Environnementale » délivrée par un organisme certifié et concernant l’ensemble du projet Center Parcs.

Une démarche à l’initiative du maître d’ouvrage et menée avec le maître d’œuvre    

Le maître d’œuvre est responsable de la mise en place et de la bonne exécution des actions permettant de réduire les impacts du chantier sur l’environnement, démarche dite « Chantier Vert », formalisée par une charte. C’est lui qui, avec le Maître d’ouvrage, définit les objectifs et les procédures à mettre en place afin de limiter les nuisances sur l’environnement en phase de travaux. Les mesures sont définies en fonction des enjeux spécifiques du site : sensibilité environnementale, nuisances potentielles vis-à-vis des riverains, filières locales de traitement des déchets…

Le maître d’œuvre s’assure également que ces engagements sont respectés par l’ensemble des parties prenantes du chantier. Le maître d’œuvre peut ainsi contraindre une entreprise à respecter des délais fixés par la charte Chantier Vert, ou, le cas échéant, à régler des pénalités financières en cas de non-respect d’un engagement.

Deux personnes, au sein de la maîtrise d’œuvre, seront en charge du suivi in situ de la démarche Chantier Vert et seront accompagnées de surveillants autant que nécessaire en fonction des phases des travaux. Le référent « Biodiversité » – ayant réalisé les études environnementales et proposé au maître d’ouvrage et au maître d’œuvre les mesures d’accompagnement, protection et suivi – sera spécialement missionné par le maître d’ouvrage pour assurer un audit-contrôle de la démarche sur toute la durée du chantier.

Six engagements structurants sont définis à partir des données des études écologiques et des études d’impacts :

La limitation des risques de pollutions des sols et de la ressource en eau                      

L’usage de produits chimiques (solvants, huiles, adjuvants…) sera strictement contrôlé et soumis à certaines obligations (utilisation de produits biodégradables, ou mise en place de procédures de traitement). De même, les eaux usées (eaux de lavages par exemple) seront récupérées et acheminées vers des cuves de rétention étanches à l’extérieur des bâtiments. Enfin, les entreprises usant de produits chimiques devront s’assurer de l’absence d’égouttage ou de coulures sur le sol, en utilisant des cuves étanches. Pour s’assurer du respect de ces obligations, les entreprises devront fournir la liste des produits et matériaux qu’elles utilisent au maître d’œuvre, qui pourra interdire, le cas échéant, l’utilisation de certains d’entre eux.

Le tri des déchets et la propreté du chantier

Les entreprises qui interviennent sur le chantier du projet Roybon seront tenues par la charte Chantier Vert de réduire leurs déchets à la source, et de former leurs personnels aux règles de tri et de propreté à respecter sur le chantier. Ces règles impliquent notamment la collecte des déchets et leur acheminement dans des bennes vers des centre de collecte pour acheminement vers les filières adéquates.

La limitation de la consommation des ressources en eau et en énergie

Le maître d’œuvre demande aux entreprises qui interviennent sur le chantier de veiller à l’absence de fuites, en mettant notamment leurs relevés de consommations à disposition du maître d’œuvre.

La limitation des nuisances et risques pour les ouvriers

Afin de limiter les nuisances pour les personnels travaillant sur place, le maître d’œuvre vérifiera la conformité du niveau de nuisances sonores avec les exigences du chantier, et veillera à limiter l’utilisation de produits et matériaux présentant des risques pour la santé.

La limitation des nuisances pour les riverains

Afin de limiter les nuisances liées au chantier (engorgement de la voirie à cause de la circulation des engins de travaux, bruits ou encore va-et-vient des camions), un plan de circulation aux abords du chantier a été établi avec les collectivités locales. Un débourbeur sera également installé près de la zone de travaux pour les entreprises qui déplacent beaucoup de terre (terrassement ou paysage par exemple). 

La gestion des nuisances sur les zones protégées sensibles

Le maître d’œuvre s’engage à suivre l’activité des entreprises intervenant sur le site, afin d’éviter la dégradation des zones sensibles identifiées au cours des études écologiques. Pour cela, des clôtures et un balisage visible seront installés pour assurer leur préservation pendant la phase de travaux.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

1 réaction

Je donne mon avis