Des mesures pour limiter l’impact sur le cycle de l’eau

Des mesures pour limiter l’impact sur le cycle de l’eau
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

L’eau est une composante majeure du concept Center Parcs avec de nombreuses activités aqua-ludiques et de bien-être, dont l’Aqua Mundo composé de bassins, rivière sauvage, toboggans…

La gestion et la mise en valeur des eaux de pluie constituent également des préoccupations majeures du projet Center Parcs. Le caractère diffus de l’occupation des sols des Center Parcs favorise le recours aux techniques alternatives de gestion des eaux de pluie, ce qui avantage l’infiltration et évite la concentration des flux.

C’est pourquoi un des enjeux prioritaires, considéré dès la conception de chaque projet Center Parcs, est la gestion rigoureuse de l’eau potable et le maintien de l’équilibre hydrologique des sites. Cette démarche vise d’une part la limitation de l’impact de l’aménagement sur le cycle de l’eau en terme de qualité comme de flux et d’autre part la réduction des consommations d’eau.

Les principaux objectifs concernant la gestion de l’eau pluviale :

  • Recueil des eaux de pluie à la source et recherche de solutions favorisant l’infiltration pour alimenter les nappes et pour réduire le ruissellement et l’érosion des sols.
  • Maîtrise des pollutions chroniques, saisonnières et accidentelles par identification et traitement des eaux issues des aires et surfaces présentant le plus de risque (parkings, voies et équipements à risque…).
  • Mise en place d’un réseau de collecte des eaux de pluie à ciel ouvert (noues, fossés… végétalisés et enherbés) pour favoriser la rétention et l’élimination des pollutions résiduelles (rétention, adsorption, phytoremédiation…).
  • Mise en place d’un suivi de la qualité des eaux rejetées pour confirmer la tenue des engagements pris par Center Parcs.
  • Assurer une régulation des eaux pluviales sur le site de façon à ne pas induire de désordres hydrauliques à l’aval en garantissant des débits d’étiage* suffisants pour les eaux superficielles. Pour cela, des dispositifs diffus (noues à proximité des cottages, tranchées drainantes recouvertes de terres végétale et paysagère) seront mis en place au niveau des hameaux. Les eaux pluviales des toitures des équipements centraux seront rejetées dans les bassins d’agréments extérieurs. Les eaux de ruissellement des voiries desservant le site seront collectées au moyen de noues et fossés enherbés longitudinaux, établis sur un des côtés de la chaussée. Les eaux de ruissellement des voies d’accès aux parkings seront collectées au moyen de noues et de fossés de stockage.
  • Assurer la sécurité contre les risques d’inondation : prise en compte, dans le dimensionnement des ouvrages de stockage des eaux de ruissellement, d’hypothèses les plus défavorables : pluie référence centennale, données météo fournies par le poste de Saint Christophe–et-Le-Laris (hauteurs supérieures à celles fournies par le poste plus proche de St Etienne de St Geors). Par exemple, la capacité de stockage du bassin principal est passée de 2500 m3 à 8500 m3. Ce bassin recueillera également l’eau des vidanges réglementaires des piscines pour que la température des eaux de vidange n’excède par celle des étangs du bassin versant hydrographique.

Les principaux objectifs concernant la gestion des eaux usées :

  • Acheminer les effluents du Center Parcs de Roybon vers la nouvelle station d’épuration de la commune de Saint Sauveur, située à environ 20km du site.
  • Dès que cela est possible et selon les autorisations des autorités sanitaires, des techniques sont mises en œuvre pour traiter et recycler certaines eaux usées (notamment les eaux grises des bassins de baignade). Une des mesures communément utilisée chez Center Parcs est l’osmose inverse qui permet de recycler 80% de l’eau de lavage des filtres des eaux de baignades pour être ensuite réinjectée dans les bassins.

Les principaux objectifs concernant la recherche d’économies d’eau :

  • Réduire les consommations en phase de chantier en privilégiant la préfabrication et les chantiers secs.
  • Augmenter l’efficience du réseau de distribution en veillant sur le contrôle des conditions de pose et en procédant aux contrôles après pose.
  • Maîtriser les consommations d’eau dans les cottages et les équipements, avec l’installation systématique d’équipements hydroéconomes et de réducteurs de pression et de comptage des consommations via la GTB (Gestion Technique des Bâtiments).
  • Limiter les consommations d’eau des espaces aquatiques, par le traitement et le recyclage de certaines eaux (technique soumise aux autorisations sanitaires règlementaires).
  • La mise en place d’un système de détection des fuites des réseaux.
  • Réutiliser les eaux de pluie pour certaines consommations dans les bâtiments (en fonction des autorisations réglementaires).
  • Enfin, dans ce même souci d’économie, l’aménagement paysagé du site est conçu pour éviter au maximum le recours à l’arrosage. Quand celui-ci sera nécessaire, il sera assuré grâce à une récupération de l’eau de pluie.

Après plus d’une année d’enquête/d’instruction, l’autorisation loi sur l’eau a été délivrée le 3 octobre 2014. Tous les aspects du cycle de l’eau, de la gestion des eaux pluviales à la régulation écologique des eaux usées en passant par la réduction des consommations d’eau sont pris en compte pour diminuer l’impact du projet et de son exploitation sur cette ressource précieuse.

* niveau d’un cours d’eau qui atteint son point le plus bas (basses eaux).

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Je donne mon avis