La gestion de la ressource en eau sur le site du projet Roybon

Étang_des_Essarts_3
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Le site du projet Roybon est concerné par des enjeux importants liés à l’eau. Ces enjeux sont à la fois liés à la situation hydroclimatique générale et à des spécificités géologiques, morphologiques et hydrologiques locales. La ressource en eau souterraine est soumise à une pression importante et le réseau hydrographique superficiel présente des niveaux de vulnérabilité élevés pour nombreux paramètres. Localement, le plateau des Chambaran constitue une tête de bassin pour un chevelu hydrographique ramifié. Le plateau abrite par ailleurs une étendue de zones humides, définies en fonction de critères pédologiques ou écologiques.

Pour tenir compte de ces enjeux, le Groupe a orienté le projet pour réduire les consommations d’eau et pour éviter les perturbations de l’hydrologie et de l’hydrogéologie.

Les enjeux hydrologiques du site

L’hydrologie est un élément important du plateau des Chambaran, qui constitue en particulier une tête de bassin versant des rivières de l’Herbasse et de la Galaure.

Il est parcouru par plusieurs cours d’eau, à écoulements permanents ou intermittents. Ces cours d’eau prennent leurs sources à proximité du site d’implantation du projet, voire même au sein du site comme la rivière Herbasse.

Le site du projet est également caractérisé par la présence de zones humides dites « de plateau », qui participent de manière importante aux fonctions de stockage/déstockage permettant ainsi la régulation des crues en aval et aussi le soutien au réseau hydrographique en période d’étiage.

La situation du projet en tête de bassin versant et la présence d’une étendue de zones humides avérée constituent des paramètres fondamentaux dans l’équilibre écologique du site. Afin de limiter au maximum l’impact du futur village Center Parcs, le maître d’ouvrage a largement adapté le projet pour optimiser la consommation d’eau, maîtriser les impacts quantitatifs et qualitatifs dus aux ruissellements et éviter, réduire ou compenser les impacts sur les zones humides identifiées.

La réduction des consommations d’eau potable

Au sein des équipements et des cottages, des éléments hydro-économes seront installés pour maîtriser le niveau des consommations d’eau. Par exemple, les cottages seront équipés de robinets mitigeur munis d’une butée limiteur de débit ou de chasse d’eau double débit, ces deux équipements permettant une réduction de la consommation de 50%. Pour éviter le gaspillage, le maitre d’ouvrage a aussi décidé l’instauration d’une pression de 3 bars maximum dans les robinets des cottages. De plus, une surveillance constante de l’utilisation de l’eau sera mise en place grâce au comptage des consommations d’eau au sein des différentes zones des cottages.

Des systèmes de récupération des eaux pluviales seront installés pour couvrir certains usages ne nécessitant pas une qualité d’eau potable, comme l’arrosage de certains espaces verts du site, contribuant ainsi à la réduction des besoins en eau potable.

Les actions de récupération et réutilisation concerneront également certaines eaux usées. Le projet prévoit par exemple de traiter les eaux de lavage des filtres des bassins de l’Aqua Mundo pour les réutiliser en appoint dans les bassins et réaliser des économies d’eau potable.

Les eaux des bacs de déchloration seront également réutilisées pour remplir les bassins aqualudiques extérieurs et compenser l’évaporation partielle.

De fait, les consommations d’eau dans les cottages et celles des activités aqua-ludiques s’élèvent, après modification du projet, à 880 m3 d’eau par jour soit 320 m3 par jour en moins par rapport au projet initial.

 

Crédits photo : « Étang des Essarts 3″ by Patafisik – Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

1 réaction