Un mode de construction qui limite l’impact environnemental

image (3)
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Email this to someonePrint this page

Pour construire sur le site du projet Roybon en limitant les impacts sur l’environnement, le maître d’ouvrage a retenu un mode de construction adapté aux enjeux environnementaux. Dans le cadre d’une démarche de « chantier vert » tous les aspects des travaux ont été pensés pour limiter au maximum l’impact sur l’environnement, depuis les techniques de construction jusqu’à la circulation des engins de chantier.

La démarche « chantier vert »

Le maître d’ouvrage s’est engagé dans une démarche « chantier vert », une notion théorisée dans les années 90 par le Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA).  La démarche chantier vert est un engagement volontaire du maître d’ouvrage afin de réduire les impacts sur l’environnement proche du site de construction. Elle catégorise trois cibles d’actions pour identifier et limiter les nuisances environnementales :

  • Les flux entrants du chantier: engins et matériaux de chantier (consommation en eau et électricité notamment) ;
  • Le chantier en lui-même: bruits, risques environnementaux, sécurité du personnel sur le chantier, nocivité potentielle des matériaux utilisés, techniques de construction… ;
  • Les flux sortants: gestion des déchets, nuisance vis-à-vis des riverains.

Des engagements concrets dans le cahier des charges

Le maître d’ouvrage a adapté son plan d’action pour limiter les nuisances sur l’environnement proche du chantier.

  • les dates de travaux ont été choisies en fonction des dates de reproduction de la faune recensée sur le site et aux alentours par des bureaux d’études écologiques, afin de ne pas perturber le rythme biologique des animaux. La présence de gîtes de chauves-souris a également été contrôlée sur les arbres situés sur la zone d’aménagement pour éviter leur destruction.
  • Les secteurs les plus sensibles du domaine (zones humides, ruisseaux…) ont été balisés pour éviter que les engins de chantier ne les dégradent. Les conditions météorologiques seront également prises en compte au cours du chantier. Les engins de chantier ne circuleront pas sur le site en cas de fortes pluies par exemple, afin de ne pas engendrer de déformations du sol.

Cette démarche de chantier vert s’inscrit dans la démarche globale du maître d’œuvre pour garantir la Haute Qualité Environnementale du projet : labellisation BBC des équipements, utilisation d’énergies renouvelables à hauteur de 80% pour couvrir les besoins en chaleur des équipements, mesures de réduction et de compensation des impacts sur le milieu naturel intégrées au projet…

Un mode de construction léger

Dans cet objectif de réduction des nuisances, le maître d’ouvrage a adapté le mode de construction des cottages en faisant le choix de la préfabrication et de l’ossature bois.

L’utilisation de matériaux légers permet de diminuer le poids et la taille des engins de chantier sur le site, pour limiter la dégradation des sols et de défricher moins d’arbres pour le passage des engins.

La technique de construction par assemblage est également plus rapide, ce qui permet de limiter les nuisances sonores et le volume de déchets produits par le chantier. Ce mode constructif de chantier sec permet également de réduire les consommations d’eau sur le site, le transport des matériaux et les risques de pollutions.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Email this to someonePrint this page

3 réactions

  1. Je ne suis pas sûre d’avoir envie (en fait je suis sûre de ne pas avoir envie) de voir débouler plusieurs milliers de personnes par mois dans nôtre Chambaran… Quid de cet impact environnemental là?

    1. Bonjour, merci de votre contribution à la discussion. Les circulations « douces » sont privilégiées sur le site (vélo, véhicules électrique, marche à pied), et plusieurs mesures seront prises afin de faire respecter la tranquillité des lieux : limitation de la vitesse aux alentours du parc, baisse de la luminosité et installation de dispositifs d’isolation pour diminuer les nuisances sonores. Pour en savoir plus, vous je vous recommande la lecture de l’interview de l’expert écologue qui a coordonné l’étude du site, et qui montre la manière dont ces mesures ont été élaborées. Par ailleurs, le projet Roybon ne s’étendra que sur 0,42% du Massif des Chambaran, et vise à s’insérer harmonieusement dans son environnement.

  2. Avez vous deja visité un center parc ?
    Connaissiez vous l’empreinte environnementale du projet (0,42% du Massif) ?

    En ce qui me concerne, pas sur d’avoir envie que les moyennes montagnes ressemblent a des cailloux peles semi-desertiques. Absolument sur de ne pas avoir envie que les zadistes et l’extreme gauche radicale fassent la loi dans ce pays en dehors de tout systeme de representation democratique.

    Beaucoup de gens attendent center parc avec impatience.
    J’ai eu la chance d’y passer des vacances il y a plus de 20 ans de cela et en garde un tres bon souvenir y compris au niveau de l’insertion environnementale, qui est sans doute une des caracteristiques du projet.

    Merci à vous pour votre determination et votre patience.
    En esperant que les travaux commencent enfin un jour.

Je donne mon avis